Alfred Hitchcock

Afficher tous les 3 résultats

Alfred Hitchcock, est le maître inégalé du suspense. A la fois technicien, scénariste et producteur, cette figure imposante de la réalisation, a su prendre le tournant du parlant avec adresse. Dès ses débuts, il se veut avant tout auteur de divertissements susceptibles de procurer aux spectateurs les nécessaires « frissons » qu’une civilisation aseptisée n’est plus à même de leur offrir. Hitchcock est avant tout un brillant technicien. Il débute à la section titrage d’une filiale de la future Paramount à Londres, avant de devenir presque simultanément décorateur, scénariste, directeur artistique et assistant-réalisateur. Cette maitrise de la technique, qu’il veut imperceptible, le force à toujours voir le film « picturalement » dans sa tête, et ce avant même le début du tournage. Il réalise son premier long-métrage en Europe, The Pleasure Garden, en 1925 avant de tourner huit autres muets dont The LodgerThe Ring ou Easy Virtue ainsi que le premier film britannique parlant, Blackmail, en 1929. Le cinéaste accumule les succès (The Skin GameThe Man Who Knew Too MuchThe Thirty-nine Steps), se fait fort de contourner la censure, et d’œuvrer toujours à la subtile alliance du divertissement à l’art. Il gagne les états-Unis en 1939 sur l’invitation du producteur David O. Selznick. Il tire alors parti du système hollywoodien et de ses moyens inégalés, et réalise une succession de films majeurs avec les plus grandes stars : RopeStrangers On a TrainDial M for MurderRear WindowVertigoNorth by NorthwestPsycho ou encore The Birds. Ces chefs-d’œuvre sont marqués par un soin tout particulier accordé au « tempo » et à une maîtrise absolue du suspense. Alfred Hitchcock fut aussi un penseur, ne cessant jamais de réfléchir à l’économie du cinéma en tant qu’industrie, à l’instauration d’une distance salutaire entre le septième art et le théâtre, ou encore au statut polyvalent d’écrivain-producteur-réalisateur. Sa fascination pour « le crime et l’administration de la justice » a fait l’objet d’une conversation éclairée avec Andy Warhol, le « pape du pop-art ».